Choisir une école de Sophrologie

 

Le titre de "Sophrologue" inscrit au RNCP.

 

Certaines écoles ou organisations professionnelles comme la FEPS ont effectué des démarches de certifications auprès du Ministère du travail.
Si ces certifications apportent une avancée certaine dans la reconnaissance de ce métier, il est important de savoir que le même intitulé du titre de « sophrologue » inscrit au RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles) correspond à des formations et à des conceptions du métier de sophrologue qui sont souvent très différentes d’un organisme à l’autre. En effet, chaque organisme fait sa propre demande en référence à son idée de ce qu'est la sophrologie et aux compétences associées à la profession de sophrologue. De plus, ces démarches de certification n'étant pas reliées à la qualité des formations proposées, il est essentiel de rester attentif au nombre d’heures réel de formation (heures suivies au sein de l'école), à la durée, aux formateurs, aux programmes, à l’affiliation à un syndicat ou une fédération indépendante.

 

Pour information, des états généraux réunissant de nombreuses écoles de sophrologie et les principales organisations professionnelles ont préconisé un minimum de 300 heures de formation présentielles en école (soit environ 40 journées) étalées sur au moins deux ans. 

 

Les différents types d’écoles de sophrologie

Des différents courants de la sophrologie sont nés 4 types d'écoles de formation à la sophrologie :

 

1.Les écoles d'inspiration caycédienne

Ces écoles, regroupées au sein de la F. E. P. S. (Fédération des Ecoles Professionnelles en Sophrologie), sont issues du courant initié par le fondateur de la sophrologie Alfonso Caycedo. Elles enseignent les bases théoriques et techniques de la sophrologie dite "caycédienne". 

Elles proposent un enseignement de la sophrologie, objectif, ouvert et complet.

 

2.Les écoles caycédiennes

Ces écoles sont affiliées à la Fédération mondiale de sophrologie caycédienne dirigée par Natalia Caycedo, fille du fondateur de la sophrologie. 

Plusieurs raisons ont conduit les écoles de la FEPS à s’écarter de cette fédération (attitude hégémonique d’Alfonso Caycedo, qualité des formations et des évaluations, politique commerciale, obligation de suivre  régulièrement des stages en Andorre …).

 

3.Les écoles non caycédiennes

Elles sont pour la plupart issues de courants de la sophrologie créés par d'anciens collaborateurs de Caycedo qui se sont éloignés suite à des divergences. 

Elles se distinguent souvent de la sophrologie caycédienne  par leur attrait pour la psychothérapie,  l'analyse et ses interprétations. 

 

4.Les écoles de "pseudo sophrologie"

Certaines écoles dispensent des programmes mélangeant plusieurs techniques et théories : bases de la sophrologie, relaxation, techniques de visualisation, théories diverses (psychologies, énergie, hypnose…). La formation est alors très éloignée des critères de la sophrologie moderne. 

Ces formations sont courtes, animées par un ou deux formateurs. Un enseignement par correspondance peut être proposé, complété seulement par quelques journées de stage…